Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/02/2013

PROJET D’AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE

 

                                          

 

 

 

 Le PADD a été présenté hier 13 fevrier  en conseil municipal ,vous trouverez ci dessous l'avis des conseillers d'opposition

Premier constat préliminaire: Ce débat au Conseil était officiellement annoncé pour le printemps 2012. Il intervient avec 10 mois de retard. Mais ce n’est pas très important.

 

Notre déception vient plutôt de la décision de reporter après les élections de 2014, l’approbation du PLU, le seul document opposable aux tiers, sous un prétexte qui ne convainc personne, celui de prendre le temps de transformer la ZPPAU en AVAP, alors que l’Etat a demandé aux communes de le faire depuis juillet 2010. Le POS toujours en vigueur a donc encore le temps de faire des dégâts.

 

Deuxième constat : c’est le travail de qualité réalisé par les techniciens des bureaux d’études sur ce dossier. Ils doivent être félicités, car après un diagnostic parfaitement établi, les orientations d’aménagement sont désormais clairement énoncées. Nous leur faisons confiance pour que la dernière phase du PLU, qui sera la traduction spatiale et réglementaire, respecte les engagements du PADD.

 

Le projet présenté reçoit un avis favorable sans réserves de notre part, dans le prolongement de l’analyse que nous avions faite sur le SCOT du bassin de vie d’Avignon en juin 2011 lors de l’enquête publique, puisque le PADD en reprend, en les précisant, les principales dispositions.

 

Nous donnons notre accord sur les grandes orientations présentées, à savoir :

 

-       La protection et la valorisation des espaces naturels et agricoles, avec également la mise en place des coupures vertes et des « corridors écologiques » et plus généralement la mise en valeur de notre patrimoine bâti et non bâti.

 

-       Le développement des activités, dans un cadre géographique maîtrisé (le secteur de Prato), et le renforcement du centre et de sa mixité.

 

-       La définition d’une enveloppe urbaine précise et cohérente, au-delà de laquelle tout mitage est interdit.

 

-       La reprise des dispositions du SCOT en matière d’habitat, de densités et de formes urbaines.

 

-       Et l’affirmation de faire réaliser 30 % de logements sociaux dans les nouveaux projets, une confirmation des engagements du Programme Local de l’Habitat (PLH).

 

On pourrait croire ainsi que ce PADD a été élaboré par l’opposition municipale.

 

 Mais nous ferons plusieurs remarques :

 

1 – Sur les hypothèses démographiques.

 

Elles conditionnent l’ensemble du projet, puisqu’elles permettent de quantifier les besoins en foncier pour accueillir la population nouvelle. Ces hypothèses sont, à notre avis, très optimistes, puisqu’elles se basent sur une croissance pour les 10 prochaines années, de +1,1% par an. C’est en total décalage avec l’évolution récente (+ 0,4% en moyenne depuis 1999, et stagnation depuis 2 ans). Les 50 ha identifiés pour permettre la construction des 940 nouveaux logements (+ 1 300 habitants), constituent donc une réserve foncière pour une période plus longue que celle prévue.

 

2 – Sur les principaux secteurs d’urbanisation nouvelle.

 

Environ 10 ha sont proposés à la construction aux entrés de ville route de Mazan et route de Carpentras, en gagnant notamment sur des surfaces agricoles. Ces entrées sont particulièrement sensibles et il importe que les « Orientations d’Aménagement Particulières » (OAP) qui seront établies pour respecter les vues et s’intégrer à l’environnement, soient rapidement connues.Surtout s’il est demandé aux promoteurs de consacrer 1/3 des surfaces aux espaces publics de jardins, de jeux ou de stationnement. Leurs logiques financières vont être mises à mal.

 

La commune a-t-elle l’intention d’être partie prenante dans ces projets stratégiques dans le cadre notamment de lotissements communaux ?

 

3 – Sur le projet de la Gare.

 

Quelle surprise lorsqu’on lit : « La collectivité choisit de mettre en attente ce secteur de programmation urbaine afin d’envisager un projet cohérent ».

 

« Un projet cohérent » ! Voilà ce qu’attend l’opposition municipale depuis plusieurs années. Nos arguments ont donc été entendus et nous disons « bravo ! ». Mais que de temps et d’argent perdus ! Sachez que nous sommes disponibles pour travailler immédiatement avec vous sur ce dossier, et que nous avons des idées.

 

4 – Sur la volonté réelle de la municipalité et sa détermination à changer les choses.

 

On ne doute pas des intentions et de ce qui est affiché dans le PADD par la municipalité. Mais on s’interroge sur sa volonté réelle de faire l’inverse de tout ce qui s’est fait en matière d’urbanisme ces 20 à 30 dernières années. La municipalité est contrainte en réalité par des directives d’Etat et des dispositions imposées par le SCOT au niveau de la grande agglomération, autant de consignes auxquelles elle a demandé sans succès d’échapper, et qui relèvent du bon sens.

 

 

 

Le maire l’a dit en réunion publique : « désormais, on ne peut plus faire ce qu’on veut … le PLU n’est pas vraiment l’expression de la volonté municipale, mais le résultat de ce qui nous est imposé ». Dans ces conditions, on comprend mieux que son application soit reportée. En attendant, le POS continuera à ne pas encadrer sérieusement notre développement et à faire les beaux jours de propriétaires fonciers et de promoteurs peu scrupuleux.

 

                                                                    -----

 

 

 

 

 

Commentaires

Le débat sur le PADD déchaîne moins les passions que la vidéo-protection. Et pourtant ! Le sujet n'est pas vraiment technique. Il suffit d'étudier un peu le plan qui est affiché depuis plusieurs mois au rez-de-chaussée de la mairie, ou d'avoir assisté, comme je l'ai fait, à la réunion publique organisée aux Augustins en novembre 2011, pour comprendre rapidement les enjeux.
Le discours du maire m'avait rassuré. J'était content qu'on protège enfin nos côteaux boisés, qu'on mette fin à l'étalement sans fin de l'urbanisation dans la plaine agricole, qu'on dise qu'on va "renforcer" le centre, son habitat et ses activités, qu'on économise le foncier pour rentabiliser les réseaux et les équipements existants.
Je suis satisfait que ce dossier important fasse à peu près l'unanimité entre majorité et opposition.
Mais je me dis aussi qu'on n'a pas fini d'en parler, car le plan définitif et son règlement ne sortiront pas avant la fin 2014 !! alors que les études du PLU ont démarré, je crois, en 2009 !! Si ce n'est pas un sujet sensible entre majorité et opposition, pourquoi attendre ? Pourquoi continuer à avoir comme référence un POS qui a plus de 15 ans et qui, si l'on en croit l'Etat, ne répond plus depuis longtemps aux nouvelles exigences urbanistiques, économiques et environnementales ?
J'ai entendu le maire dire que le PLU sera en fait le résultat de contraintes que l'administration lui impose et qu'il lui faut respecter le SCOT (établi par les élus de l'agglo) qui fixe notamment des règles précises pour apporter un peu de mixité dans l'habitat et qui oblige un peu à densifier. C'est vrai que ça va à l'encontre de pratiques que le maire n'a jamais reniées. Et là, je comprends qu'il ne soit pas pressé.
Enfin, il y a un truc que je n'ai pas compris : c'est l'enterrement de première classe du projet de la gare ! Des terrains achetés par la commune, revenus aux Sorgues du Comtat, puis rachetés par la commune, et enfin stand by ! 10 ans de perdus, des études et de l'argent jetés au panier ... Difficile à suivre !

La façon dont on nous prépare notre cadre de vie de demain, c'est important, non !!

Écrit par : Cathy 2 | 19/02/2013

Il ne faudrait quand même pas cracher dans la soupe !
Si vous voulez, je peux citer ici même des noms de propriétaires fonciers, « peu scrupuleux », qui grâce à des « pratiques généreuses » ont vu leurs terrains agricoles passés constructibles ce qui leur a permis de se faire facilement de l’argent en construisant des lotissements …
Cherchez bien !

Écrit par : choucas | 20/02/2013

Jaloux!

Écrit par : Bulle | 20/02/2013

Je m'étais laissé dire qu'il y a 25 ans, pernes appartenait à 5 grandes familles de propriétaires fonciers, ils se sont partagé le gâteau avec de belles plus_values sachant que le lotissement rapporte beaucoup plus que les autres cultures. De grandes familles historiques, puissantes et forcément bien représentées au conseil municipal, je suppose que ça aide au moment de décider des terrains qui deviendront constructibles. Peut-être cela explique-t-il de nombreuses aberrations urbanistiques comme ces lotissements sur la petite route de Carpentras situés à plus d'un kilomètre du centre ville quand ils ont été construits. Mais non, ne soyons pas jaloux, on n'y peut pas grand chose, nous sommes une vieille démocratie. Trop vieille,

Écrit par : cri | 20/02/2013

Et certains qui aujourd’hui font mine de s’en offusquer, oublient de dire qu’ils ont bénéficié des miettes du gâteau. Des miettes certes, mais qui ont rapporté gros.
Et aujourd’hui ils nous la joue « indignés main sur le cœur »
Un peu de pudeur

Écrit par : choucas | 21/02/2013

Les commentaires sont fermés.