Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/02/2012

Une réunion d'information du collectif anti-nucléaire

Avis à la population
      de Pernes les Fontaines

   Radioactivité et faibles doses
       Menace sur le vivant
   
     INFORMATIONS/DÉBAT
 Samedi 25 février 2012 à 15h
  au Centre culturel " Les Augustins"( salle "Les Magnarelles")
   place Louis Giraud à  Pernes les Fontaines

                        entrée l
ibre

             Thèmes  abordés
. Les radio-nucléides et l'impact sur la santé  (uranium, plutonium, tritium...) 
. L'uranium en question(naturel ou pas), le radon...
. Comment être sûr de la qualité de notre eau du robinet pour notre santé et
                  celles de nos enfants ? (analyses...)  
. Contamination de l'eau des nappes phréatiques
.
Quelles solutions collectives apporter à ces contaminations ?   
 

organisé par
Collectif Anti-Nucléaire de Vaucluse – CAN84
Contact : victor-al@hotmail.fr ou collectif antinucleaire84@hotmail.fr   
coordination antinucléaire sud-est

Commentaires

De l'uranium, du plutonium du tritium !!!

Attention, n'attirons pas l'attention sur cette richesse dans nos sol, AREVA va nous exproprier pour exploiter le filon ....
A Pernes c'est le Larzac qui s'annonce !

Écrit par : chut... | 23/02/2012

Du poison dans l'eau du robinet

Une enquête édifiante sur la contamination de l'eau potable FRANCE 5 23.15|DOCUMENTAIRE|

Le tabac est nocif, l'alcool déconseillé. Les graisses sont à proscrire. Quant à l'air, il est aussi indispensable que douteux. Confrontés à une impressionnante liste de menaces, nos concitoyens croient pouvoir trouver refuge dans leurs canalisations : huit Français sur dix auraient confiance dans l'eau du robinet, nettement plus économique et écologique que sa cousine en bouteille, et présumée également limpide.

Las ! S'il cite ce chiffre en introduction, le documentaire de Sophie Le Gall, produit par Ligne de Mire, s'attache ensuite à nous démontrer qu'il pourrait bien résulter d'une naïveté coupable. Aluminium, nitrates et pesticides, radon (un gaz radioactif), résidus de médicaments : tous ces " ingrédients " potentiellement nocifs sont passés en revue.

COMMENT L'ÉCONOMIE PRIME SUR LA SANTÉ

Si le commentaire semble péremptoire sur les risques sanitaires qui seraient encourus, l'enquête, qui vise pour l'essentiel à montrer que les normes fixées ne sont pas souvent respectées, a été menée de façon rigoureuse. Un long travail d'investigation et d'approche, mené dans plusieurs régions françaises, a permis à la réalisatrice de soumettre à des responsables - publics et privés - des relevés d'analyse contredisant leurs propos.

Pas de caméra cachée, hormis celle qui a été ajoutée dans une valise multimédia pour filmer de face l'interlocuteur découvrant le document : on reste loin de tout sensationnalisme pour quatre-vingt-dix minutes d'investigation diffusées en prime time, sur un sujet a priori fort peu visuel. Sans surprise, on observe tout au long de ce document comment l'économie prime sur la santé, au point de justifier des entorses à une réglementation pourtant abondante. L'agriculture pèse sur les décisions des maires des communes rurales. Les grandes compagnies de distribution d'eau sont sur la sellette. Suez ayant refusé de répondre, un responsable de Veolia écope en solitaire.

Ce sont des responsables de deux Directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS), ainsi qu'un préfet, qui interviennent au nom de l'Etat. A charge pour eux de naviguer à vue pour justifier des manquements à la règle, ou expliquer - mission impossible - comment une eau d'alimentation impropre à la consommation peut être très officiellement qualifiée de " conforme par dérogation ".

Jean-Baptiste de Montvalon

Sophie Le Gall

(France, 2010, 90 minutes).

Écrit par : VEOLIA | 25/02/2012

Les commentaires sont fermés.