Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/06/2011

les fils de la honte

 

Régulièrement, notre Maire nous vante les efforts communaux en matière de développement durable, de protection de nos paysages et de mise en valeur du patrimoine. Tout y passe : les ruches municipales et la sauvegarde des abeilles, l’abandon (presque total) des désherbants dans les jardins publics, un élément bio dans le repas de nos écoliers, une « réflexion » sur la place du vélo dans la cité, … Pernes aux multiples labels qui glorifient la qualité de notre environnement. Bravo ! Encore Bravo !

Et pourtant ! Quand il s’agit de s’attaquer à l’essentiel et de dépenser quelques dizaines de milliers d’euros pour économiser l’énergie ou améliorer l’image de notre ville « chargée d’histoire », notre Maire est moins pressé. Il lui arrive même d’être carrément autiste. Il n’entend pas et ne répond pas aux réflexions désobligeantes des Pernois et, à la belle saison, des touristes qui arpentent nos rues millénaires.

Il suffit de lever légèrement les yeux. L’agression visuelle est immédiate : des images hideuses renvoyées par la multitude de câbles noirs enchevêtrés qui se croisent et pendouillent au travers de nos ruelles et sur nos façades dans la quasi-totalité du centre ancien. Alimentations électriques et téléphoniques s’y affichent sans complexes à l’air libre, dans le désordre le plus total, dans leur laideur et leur inesthétique les plus sauvages. La pose d’une nouvelle lanterne sur une façade relookée par les propriétaires, se fait systématiquement dans le respect absolu de la laideur voisine. Difficile, sinon impossible, pour un camion de déménagement, de baisser la tête … la sécurité est mise à mal. Mais on ne touche pas aux fils !!

L’enfouissement des réseaux relève, nous dit la Mairie, d’un programme pluriannuel de travaux réalisés par Les Sorgues du Comtat et qui doit être respecté. Mais au rythme où va cette programmation, il faudra 30 ans avant que Pernes affiche, sans honte, ses plus beaux atouts et soit totalement sécurisée.

Or, rien n’est inéluctable. Encore une fois, il faudrait de la volonté et du courage. Mais de volonté et de courage, Pierre Gabert en manque décidément de plus en plus. On sait que les programmes d’investissement des Sorgues du Comtat se décident entre les trois maires. Le notre y a manifestement perdu toute influence et pouvoir de persuasion.

Faut-il encore se résigner ?

Commentaires

Absolument (par rapport au constat).
Non, par rapport à la résignation...
:(

Écrit par : wilsdorf | 05/06/2011

Décidément, mois après mois, l'opposition municipale ne cesse d'alerter les Pernois sur les disfonctionnements de l'exercice du pouvoir par Pierre Gabert. Qu'on en juge :
- Une gouvernance sans partage et des décisions de plus en plus personnelles. Des adjoints et des conseillers ignorés, déconsidérés, qui ne font plus que de la figuration. Une opposition méprisée. Des commissions occasionnelles qui ne jouent plus leur rôle de lieux de débats.
- Une autorité pourtant insuffisante de notre Maire dans la gouvernance intercommunale, dont les projets pour notre commune manquent de transparence et dont nous ignorons les vraies conséquences financières.
- Un budget communal dépourvu de stratégie, sinon celle de la frilosité. Des projets reportés d'année en année et des dépenses d'investissement programmées mais non réalisées. Des recettes toujours sous-estimées et donc des résultats toujours excédentaires, donnant l'illusion d'économies et de bonne gestion. En réalité, des besoins non satisfaits et des services à la population insuffisants.
- Un urbanisme consommateur d'espaces et non respectueux des sites naturels, en contradiction avec les préconisations nationales, obligeant aujourd'hui le Maire à faire machine arrière dans le projet de PLU.
- Une absence totale de politique d'économies d'énergies et une attitude négative vis à vis d'investissements porteurs d'avenir, malgré un discours généreux sur le développement durable.
- Des équipements culturels annoncés depuis des années et qui n'arrivent pas. Des structures d'accueil de la petite enfance et des personnes agées complètement saturées. Des logements pour les familles modestes inexistants.
- Une vie locale assurée essentiellement par le milieu associatif, à qui on ne donne pas les moyens financiers suffisants pour survivre. L'activité débordante et bénévole des associations cache les faiblesses de la politique communale.

Triste constat ! Et on pourrait allonger la liste.
Le drame, c'est qu'une partie de la population semble s'habituer peu à peu à ces disfonctionnements et ce qu'il faut bien appeler des fautes. Beaucoup de Pernois se font une raison en considérant que l'endormissement de notre petite ville, ce n'est pas si grave, que Pernes est bien agréable à vivre, que l'activité y est encore soutenue et les animations appréciées. C'est vrai ! Mais on ne doit pas s'en satisfaire. La résignation n'est pas une valeur d'avenir.
Usure du pouvoir ? Manque de volonté ? Prisonnier d'une culture politique de droite ? Peut-être tout celà à la fois. Pourtant, notre Maire a bien d'autres qualités !

Écrit par : Robert IGOULEN | 07/06/2011

Jorge Semprun est mort, il nous laisse ce lumineux message :

« Peut-être avait-il fallu toute cette folie, cette perte de soi, cette exaltation, ce goût amer d’un lien transcendant, ce rêve obstiné (…), toute cette haine, tout cet amour, cette tendresse pour les compagnons inconnus de la longue marche interminable, ces bribes de chants, de poèmes, de mots d’ordre lancés à la face du monde comme un appel d’espoir et de détresse, cette souffrance sous la torture et l’orgueil d’y avoir résisté : peut-être avait-il fallu tout cela pour donner à ma vie une sombre et rutilante cohérence. Peut-être sans cette folie me serais-je éparpillé en petits malheurs et minimes bonheurs privés, au jour le jour d’une longue suite involontaire de jours qui auraient fini par me faire une vie ».

Écrit par : Hommage à Semprun | 08/06/2011

Le discours sur le développement durable nous est régulièrement servi, assez de discours, des actes !
Les élus des villes alentour réfléchissent, s'engagent, décident, investissent...
A Mazan, la municipalité a décidé de faire réaliser son bilan carbone. D'après le maire de cette commune dynamique (rapellez-vous la mise en chantier d'une salle polyvalente de 2000 places)
une étude pour une population entre 5 et 10 000 habitants a un coût d'environ 10 000 euros subventionnée à 80 % par l'ADEME.
La CoVe dont dépend Mazan, dans le cadre de son Plan climat énergie territorial se place en coordinateur pour les villes d'Aubignan,Caromb,Carpentras, et Sarrians.
Vivement le mariage avec cette communauté de communes ! que l'on avance réellement vers les économies d'énergies.
Pernes les Fontaines doit revenir dans son époque, laissons un peu de côté notre "parc d'attraction" et préparons l'avenir qui est loin de s'annoncer comme une fête...

Écrit par : Pierre Gabert est-il durable ? | 12/06/2011

Les commentaires sont fermés.