Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/02/2011

Et toujours hors sujet...

 

La révolution du Nil a renversé le dictateur, total respect aux peuples Egyptien et Tunisien. Après la révolution du jasmin, si l'on faisait la "révolution de la Nesque" ?

Commentaires

oui , la révolution de la Nesque est une nécessité .A Pernes aussi il y a une oligarchie qui ne tient pas compte de ce qu'exprime la population.
- pourquoi s'attaque-t-on à l'association des écoles laïques ?
- pourquoi est-ce difficile d'obtenir une salle de réunion ?
Est-ce une réponse que saisiront les Pernois :PC , PG , et des miltants d'association , envisagent de creer une FRONT DE GAUCHE.
PERNOIS (es) la Tunisie et l'Egypte nous montrent la voie

Écrit par : tellene robert | 12/02/2011

C'est touchant votre émotion, M.Tellene mais il faut savoir garder raison et ne pas s'enflammer.Comparer Pernes et l'Egypte, fallait le faire, vous l'avez fait!
Une oligarchie, oui c'est vrai, mais une petite différence, toute petite, c'est qu'elle a été élue dans la transparence.
Et puis si vous croyez à un "front de gauche" pour gagner la mairie, vous oubliez que parmi ceux-ci, certains ne souhaitent pas gagner des élections, ils en feraient quoi? Je n'ai aucune confiance en des militants du FG ou autres gauchistes plus ou moins cachés pour faire tomber l'actuelle mairie.

Écrit par : blablabla | 12/02/2011

Dans leurs chutes, les dictateurs éclaboussent toujours les bons amis qui ont soutenu leur régime. C'est encore plus criant avec le tunisien déchu Ben Ali et l’égyptien Moubarak. Quand, Nicolas Sarkozy estimait que certains étaient bien sévères avec la Tunisie qui fait de réels efforts d'ouverture et de tolérance, DSK faisait l’éloge de la politique économique et sociale tunisienne qu’il considérait comme un modèle à suivre. Ca lui a valut d’être décoré par Ben Ali des insignes de Grand Officier pour services rendus au pays. Outre Ben Ali, Dominique Strauss-Kahn avait également rendu hommage, au président Hosni Moubarak pour la « performance économique » de l’Égypte. Sans un mot pour dénoncer la corruption généralisée et les atteintes aux droits de l’homme.
Les politiques s’accommodent fort bien de l’autocratie, de l’autoritarisme et de la dictature, que ce soit au Caire, à Tunis, à Ryad ou à Pékin. Ils ne demandent qu’une chose, c’est que l’on respecte la Bible du profit ou le Coran du business. Le reste leur importe peu.
Les manifestants qui ont ébranlé ces régimes seront par la suite ravis d’apprendre que les deux probables concurrents pour diriger la France ont chacun, à leur manière, fermé les yeux sur les exactions des régimes policiers, corrompus et tyranniques de Moubarak et Ben Ali.
A l’heure ou madame 7/7 lance son vigoureux et ardent mari dans la course à la présidentiel, il serait intéressant de demander à Dominique Strauss-Kahn, l’homme qui pourrait incarner la gauche lors des prochaines élections présidentielles, s’il désire appliquer à la France la même politique d’austérité et de rigueur prônée par le FMI : diminution du nombre de fonctionnaires et des services publics, coupes dans les salaires et augmentation de l’âge du départ à la retraite afin de faire baisser la dette publique ?

Écrit par : BABEUF | 13/02/2011

Alors que tous les syndicats, et tous les partis de gauche, PS compris, étaient vent debout contre la réforme des retraites, DSK publiait un rapport où il approuvait le report de l'âge de la retraite. L’éléphant socialiste se montrait même particulièrement élogieux à l’égard de la réforme française qui permettra de relever l’âge légal de la retraite du pays « qui est actuellement l’un des plus bas du monde ».
Les socialistes, qui ont promis de revenir à la retraite à 60 ans vont-ils apprécier que leur candidat probable soutienne avec enthousiasme une réforme dont ils ont fait leur principal cheval de bataille?

Écrit par : Pas BlaBla | 13/02/2011

Cher Monsieur Blablabla,
Il semblerait que le seul nom de Front de Gauche ait attaqué vos défenses immunitaires.
Malgré votre message crypté, « certains ne souhaitent pas gagner les élections », « autres gauchistes plus ou moins cachés », on ressent une blessure profonde comme un aiguillon qui aurait piqué le coté tendrement rosé de vos opinions politiques.
Je ne saurais que trop vous conseiller d’appliquer sur votre blessure un cataplasme à base d’huile d’ouverture, de poudre de rassemblement, et d’extrait de tolérance. Ce remède a parfois pu soigner le cancer hégémonique qui ronge certain patient. Encore faut-il que le malade ne soit pas trop atteint.
Je vous aurais bien prescrit un sirop de véritables valeurs de gauche, mais les effets secondaires peuvent être dévastateurs, si une autre maladie, non encore détectée, vous ronge : l’ambition personnelle.
Gauchement dévoué.

Écrit par : De Gauche | 14/02/2011

Carpentrassienne, je visite régulièrement votre blog que je trouve intéressant, riche et bien construit. Et pour la première fois je voudrais y intervenir.
Proche du Front de gauche depuis sa création aux élections européennes de 2009, je voudrais réagir à votre internaute qui qualifie les militants de ce terme désuet de « gauchistes ». Si la définition qu’il en donne est « militant de terrain ayant des valeurs de gauche chevillées au corps», je lui confirme que nous sommes effectivement « gauchistes ».
J’affirme que le FDG veut gagner les élections. C’est ainsi qu’il présente de nombreux candidats aux élections cantonales. Qu’une fois en place, il fait un travail dont il peut être fier, comme au sein du conseil municipal de Carpentras.
C’est tout le mal que je vous souhaite à Pernes.

Écrit par : Marlène | 14/02/2011

Finalement le titre est bon...

Rien qu'à lire les commentaires on s'aperçoit que le sujet était bien local et que l'Egypte...

Subtil

Écrit par : wilsdorf | 14/02/2011

Cher Wilsdorf (internaute fidele a notre blog )
certes on s'egare du sujet ,mais ce ne sont que des reponses a des questions voire des affirmations simplistes .
Oui il y a eu des raccourcis faciles sur la situation en Egypte mais des peuples qui se soulevent interpellent les "gauchistes" que nous sommes,de là à parler de revolution à Pernes(ville tranquille gérée en bon pere de famille.....) c'est un pas que je ne franchirais pas meme si dans mes reves les plus fous...!!!
solidairement
bruno president de Pernes avenir solidaire

Écrit par : bruno | 14/02/2011

le probléme à Pernes c'est qu'on est tourné vers le passé : ça attire les touristes et ça endort les citadins ,
mais quand aurons-nous des propositions d'avenir à partager, à discuter et à élaborer ensemble ?

Écrit par : tellene | 15/02/2011

La révolution de la Nesque....ah ! le grand soir !

Écrit par : Bartolomeo | 16/02/2011

Heureusement au PS il n'y a pas que DSK qui s'exprime !
Michel Vauzelle, notre président de région socialiste, fait le buzz depuis qu'il a demandé à la direction du PS de renoncer aux primaires qu’il estime “dévastatrices”. Il a également lancé sur internet une pétition pour la création d’un Front républicain.
‘’ Le PS doit abandonner l'organisation des primaires car ce dipositif ne créée aucune dynamique de rassemblement’’. Au contraire, il ne s'agit, à ses yeux, que d'une machine à perdre l'élection présidentielle de 2012. "Les primaires, il y a un an ou deux c’était une bonne idée, mais aujourd'hui elles sont devenu le révélateur des divisions de la gauche…Ce serait vraiment jouer avec le feu à quelques mois de l’élection. Il est urgent que le PS montre (...) qu’il entend la voix du peuple qui lui demande une réponse rapide à ses attentes, et non pas des commentaires à perte de vue sur ce que peut dire l’épouse d’un non-candidat qui dit qu’elle aimerait bien ne pas rester à Washington..."
Selon l'élu socialiste, "les gens en ont assez de Sarkozy et, en même temps, ils se demandent ce que nous faisons, ce que nous attendons."
Les partis de gauche français ont refusé de participer à ces primaires dépolitisées, et ont exigé la négociation préalable d’un programme de gouvernement ; exigence que le PS n’était pas en mesure de satisfaire : comment faire des concessions aux autres partis sur son programme, alors que celui-ci n’existe toujours pas ?

La gauche a ainsi créé toutes les conditions idéales pour perdre en 2012: tous les partis de gauche présenteront, à juste titre, leur candidat, car on voit mal les points d’accord possibles entre le programme, par exemple, de Mélenchon et celui, toujours dans les limbes, du PS ; et, entre les deux tours, un ralliement au candidat du PS avec lequel ils se seront bien étripés jusqu’au premier tour serait peu crédible. « Battre Sarkozy » ne constituera jamais une ligne politique suffisante pour l’emporter.

Écrit par : Babeuf | 22/02/2011

Les commentaires sont fermés.