Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/02/2011

La Loi SRU, (solidarité et renouvellement urbain) a 10 ans !

 

Cette loi  impose aux communes de plus de 3500 habitants de construire 20 % de logement sociaux. En PACA, l'amende pour manque de conformité aux exigences s'élève à 11 019 479 euros, la plus forte de France.

"Dans ce  palmarès, les cancres sont légion, avec des champions comme Géménos,Pernes les Fontaines,ou Nice"

cliquez ici pour lire le tableau 

sru 3101.pdfcliquez ici pour + d'info

 

Commentaires

Plus de 88 000€ d'amende pour Pernes en 2010 qui est donc la commune du Vaucluse où l'on paye le plus d'amende SRU, car Pernes ne possède que 4,8% de logements sociaux. Tous ceux qui cherchent des logements abordables sans disposer d'un fort pouvoir d'achat (artisans, employés, enseignants ainsi que les jeunes) le savent bien, impossible de se loger à Pernes.
Souhaitons que cela change avec le nouveau Pan Local d'Urbanisme

Écrit par : Françoise DESJAMES | 03/02/2011

C'est vrai ça. Il nous manque une ZUP à Pernes.

En revanche, je ne vois pas en quoi Pernes est à la deuxième place, juste après Nice. Vous pourriez être explicite ?

Écrit par : wilsdorf | 04/02/2011

Merci pour la correction (non mentionnée !) du post.

Donc Pernes est à la seconde place parce qu'un journaleux l'écrit sans aucune justification.

Ni en pourcentage, ni per capita, ni par le montant lui même, ni par ordre alphabétique, bref Pernes est second d'un classement dont les critères ne sont pas précisés... Sauf la place dans le titre. Pas brillante l'analyse...

Et Pernes, n'est pas la commune où l'on (pronom indéfini) paye le plus d'amende SRU ... par habitant ? (En gros 8€), mais qui paye le plus, oui, c'est sûr et j'espère que c'est un choix...

Écrit par : wilsdorf | 05/02/2011

Monsieur Wilsdorf, vous ironisez sur le besoin d'une ZUP à Pernes, vous semblez mépriser les médias, vous ergortez sur les chiffres qui sont pourtant assez sigificatifs, et vous espérez que c'est un choix, c'est à dire une volonté politique de braver les lois, pour éloigner les indésirables. Alors un peu de courage, donnez nous vos recettes sécuritaires, (caméras, voisins attentifs, rondes de nuit...) Ca vous parle ?

Écrit par : journaleux | 06/02/2011

Oui, j'ironise sur la nécessité d'une ZUP à Pernes, car en effet, même en bloquant toute construction "non sociale" il faudrait construire environ 500 logements sociaux pour atteindre la barre des 20%.

En HLM horizontale ou verticale, appelez cela du nom que vous préférez, coupez le tout en 10 éventuellement pour répartir les logements de façon à respecter la lettre et l'esprit de la "mixité sociale", mais ce n'est pas une petite affaire.
Et comme c'est urgent et prioritaire, qu'il s'agit de zones à urbaniser (il semble en effet difficile de racheter des vieux immeubles inexistants pour en faire des HLM) le terme ZUP au singulier comme au pluriel me semble adapté.

Je ne méprise pas les médias, mais force est de constater que mes affirmations relatives au classement ou au nombre de communes(Pernes en deuxième place) ne sont basées sur rien qui soit expliqué. Alors, expliquez SVP.

Quand aux chiffres significatifs, oui c'est vrai, faute de solution mise en œuvre, chaque Pernois ou Pernoise paye un peu plus de 8€ par an.

Et bien oui, j'assume le terme de choix, car 'il existe une solution moins coûteuse permettant d'atteindre le respect du SRU pour moins cher et sans les conséquences induites auxquelles vous faites vous même allusion dans votre dernier paragraphe, c'est un scandale. N'ayant pas la solution à ce problème, ni vous semble-t-il (ou alors de nouveau expliquez ce qu'elle est), je suppose que c'est un choix et personnellement il me convient.

Que vient faire la question sécuritaire là dedans? Quel odieux amalgame! Sous-entendriez vous un quelconque lien entre "logement social" et insécurité avec son corolaire de solutions plus ou moins adaptée? Shocking!

Écrit par : wilsdorf | 06/02/2011

Alors pourquoi certaines villes jouent le jeu et par solidarité construisent des logements accessibles aux moins favorisés ?
Pourquoi Pernes s'exonerait-elle de cet effort, par quel privilège la municipalité ignore-t-elle les recommandations du SCOT (schémas de cohérence territorial) ?
Pourquoi ce choix à votre avis, si ce n'est pour plaire à quelques familles : propriétaires fonciers qui n'ont pas de problème pour assurer le logement de leurs enfants, et que la flambée du prix des terrains arrange plutôt bien.
Votre indignation est risible, vous voudriez nous faire croire que vous ne faites pas de rapprochement entre ZUP et intranquillité. Ouvrez de temps en temps votre TV ou un quotidien nationale, le problème n'est pas pernois mais français, et c'est la réponse excessive de la municipalité pernoise qui fait qu'elle se distingue des autres.
Quant à votre "shocking" il est la marque d'une longue pratique de la langue de bois, et me coupe toute envie de continuer ce dialogue de sourds.

Écrit par : solidarité | 07/02/2011

Cher solidarité (PAS ?)

Faudrait quand même pas inverser les positions.

C’est vous (ou disons le blogueur) qui avez publié un post avec deux grosses erreurs :
- il y aurait 42 communes concernées
- et Pernes serait en deuxième position

Je vous en ai fait la remarque et loin de reconnaître ces erreurs que vous avez cependant, en deux fois, corrigées, j’ai fait l’objet d’une première réponse que je qualifierais poliment d’hors-sujet.
Vous pourriez dire merci.

Reste cependant le problème de fond ? la loi SRU et son application, ou plutôt sa non-application dans de nombreuses communes en France, dont Pernes.
Je ne suis pas, moi, l’opposition municipale, et peut-être ai-je fait une erreur d’estimation quantitative, mais il me semble bien que l’ampleur du problème pour être conforme mériterait de votre part, autre chose qu’un NYAKA pour sembler crédible.

C’est lisible où l’analyse de la situation et des solutions à y apporter selon PAS ?

La première réponse (journaleux) introduisait une notion «a priori» hors sujet, celle de l’insécurité. Et vous confirmez dans votre commentaire que ZUP serait en relation évidente avec « intranquilité » (comprendre incivilité ou délinquance). Je vous laisse la responsabilité de vos affirmations, même si en effet il se pourrait que vous ayez raison.
Pas très encourageant à mettre en place des ZUP (je garde ce nom) n’est-ce pas ?
Toutefois la lutte contre l’insécurité ressort d’un autre débat.

Que la commune ait nécessité de développer le logement social pour permettre à ceux qui travaillent à Pernes et qui ont de faibles revenus de se loger sur place, d’y trouver crèches et écoles en nombre suffisant me semble une évidence et un besoin que je ne discute pas.
C’est à la fois de la solidarité d’une part, et du mieux vivre pour les personnes concernées.
Un peu d’écologie aussi si l’on peut aller travailler à pied ou en vélo plutôt qu’en faisant quelques dizaines de kms en voiture.

Mais je ne pense pas (votre étude à venir pourrait aborder le sujet) qu’il y ait 500 familles (mon estimation) qui seraient dans ce cas.

Etre conforme SRU pourrait-il donc signifier une transformation de Pernes en cité-dortoir?

Ouvrez donc un débat citoyen, avec une analyse, des propositions plutôt que de (mal) recopier et interpréter un article de La Provence.

Cordialement,

Écrit par : wilsdorf | 07/02/2011

Oui effectivement la liste des villes en-dessous du quota est bien plus importante en PACA.
Par contre dans le Vaucluse, Pernes avec 4,8% de logements sociaux et 88 496 euros d'amende occupe la première place.(source secrétariat d'Etat au logement)

Il serait naïf de croire qu'une ville peut décider du jour au lendemain de rattraper le retard qui s'élève à plus de 600 logements, et peu souhaitable.

Le but de ce texte n'était pas de proposer des solutions miracles, ou lancer des injonctions à la majorité municipale qui est sourde, mais plutôt de faire un état des lieux comme l'a fait ce journaliste sur les dix ans de la loi SRU, et le bilan en Vaucluse.
Ce que l'on peut quand même en dire, c'est que depuis que la loi existe, la commune de Pernes c'est bien gardée d'y répondre, et la question que de nombreux Pernois se posent est : pourquoi le logement à Pernes est-il réservé à une catégorie de personnes aisées, Pernes est une des villes les plus chères du Vaucluse !
La politique foncière et en général de l'équipe municipale au pouvoir génère une discrimination par l'argent qui est révoltante, et c'est cela qu'il faut dénoncer.
Le débat citoyen aura lieu, j'espère que vous vous y montrerez.

Écrit par : merci wilsdorf | 08/02/2011

Les commentaires sont fermés.