Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/01/2011

LA LIGUE DANS LA TOURMENTE

 

L'actualité pernoise met en avant une association, la Ligue des Amis de l'Ecole Laïque qui s'indigne contre une décision brutale du Maire visant à lui reprendre  la gestion du château de Coudray et l'organisation des colonies de vacances, après 53 ans de bons et loyaux services. 

Pour mieux comprendre l'importance de cette décision voici une présentation des  activités de la ligue que vous trouverez avec plus de détail sur le site de l'association : http://lael-pernes.com/qui.html

Commentaires

L’équipe municipale, à l’issue d’une réflexion, a jugé opportun de déclarer obsolète le bail de l’association La ligue des Amis de l’Ecole Laïque à qui était confié depuis 53 ans la gestion totale du centre de vacances du château de Coudray à Aurel.
L’obsolescence est le fait de tomber en désuétude ou de devenir périmé. Ou encore le vieillissement d’un matériel dû à l’apparition d’un nouveau plus performant et d’un meilleur rendement.
L’équipe municipale a jugé que sa future organisation, et ses nouvelles équipes seraient plus performantes et moins coûteuses.
Les 53 ans d’expérience et le travail des bénévoles que tout le monde s’accorde à dire qu’il fut de qualité furent rayés d’un coup de crayon, sans débat, sans concertation, sans avertissement, un beau matin, un huissier déposa le fruit d’une réflexion de l’équipe municipale, dans le courrier de la « Ligue ».
« Votre bail est obsolète, vous devez rendre les clefs du château »
Le fonctionnement du centre de vacances ne fut jamais critiqué, le budget rigoureusement tenu, mais un bail de 35 ans c’est obsolète, circulez y a rien à comprendre !
C’est seulement l’expression du pouvoir exorbitant que pratique une municipalité dans un pays dit démocratique !
L’équipe municipale qui se veut cohérente vient en fait de dévoiler un peu plus son refus systématique du dialogue comme s’il y avait deux catégories de Pernois : Les inconditionnels, qui ne posent pas de problèmes, et les autres, qui s’engagent, s’investissent sans arrière-pensée au service des autres, et sont brutalement dépossédés de la confiance dont ils bénéficiaient pour cause d’obsolescence !
Après 53 ans d’un « mariage d’amour » le divorce est brutal, sans préavis, et bien sûr sans dédommagement !
La municipalisation de la colonie d’Aurel restera dans le parcours de l’équipe municipale une tache dans l’histoire de la ville de Pernes. Puisse la raison leur revenir, pour s’en tenir là. Le tissu associatif est inquiet, la sincérité des décideurs n’est plus crédible

Écrit par : Nous sommes tous des obsolètes ! | 24/01/2011

Les commentaires sont fermés.